L’emploi du temps – Michel Butor

Michel-Butor-L-emploi-du-tempsEn L2 de Lettres Modernes, notre  professeur de littérature nous avait demandé de lire L’Aleph, Fahrenheit 451 et L’emploi du temps afin de travailler sur le labyrinthe et les mythes. C’était sans compter sur l’interminable ennuie que j’ai ressenti en commençant le dernier titre. Comme je n’ai jamais réussi à le terminer, je me suis dis qu’il était temps que je m’y replonge (4 ans plus tard).

Revel débarque à Bleston, en Angleterre. Il a à peine posé le pied dans cette ville qu’elle lui apparaît comme repoussante. Dès les premières lignes, il l’a décrit comme sombre, puante, labyrinthique, pluvieuse, malade, contagieuse… La nourriture est fade et l’hôtel dans lequel il loge – l’Ecrou – est semblable a une prison (« Il n’y avait pas de table ; la fenêtre donnait sur un mur de briques »). Chez Matthews and Sons il s’occupe de la correspondance avec la France et se lie d’amitié avec James Jenkins. Un jour, il achète Le meurtre de Bleston de J-C. Hamilton (pseudonyme de G-W. Burton), un roman policier dans lequel il découvre un allier dans la précision avec laquelle la ville est décrite. Il n’est donc pas le seul à ne pas l’aimer…

Malheureusement pour moi et pour vous qui attendiez peut-être de connaitre la suite, je n’ai toujours pas réussi à terminer ce livre. L’auteur ne cesse de nous perdre par des ellipses, des retours en arrières, des projections, des descriptions interminables… qui nous font perdre le fil (d’Arianne ^^) de l’histoire. Un vrai labyrinthe littéraire !

Publicités

5 réflexions sur “L’emploi du temps – Michel Butor

  1. En parcourant un peu la blogosphère je suis tombée sur quelques critiques positives ; donc tout n’est pas perdu :)

    Puis pour les professeurs de Lettres, ce bouquin est parfait pour traiter de la problématique du labyrinthe (autant dans le fond que dans la forme).

  2. Butor : une pointure du Nouveau Roman. Un auteur fantastique. Il était à mon université il y a trois mois. Une belle rencontre :)

  3. Jean Patrick de Béjarry dit :

    Ou comment présenter un livre qu’on a pas lu. Merci infiniment.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s