La femme en vert – Arnaldur Indridason

la-femme-en-vertLa femme en vert est une roman noir islandais qui a reçu de nombreux prix littéraires. C’est seulement en terminant la lecture que je me suis rendu compte qu’il s’agit du tome 2 d’une série ; mais cela ne m’a pas empêché d’apprécier et de confirmer ma préférence pour les romans policiers scandinaves (Cf. à Camilla Lackberg, Stieg Larsson…).

Lors d’un goûter d’anniversaire dans le quartier de Reykjavik, une petite fille s’amuse à mâchouiller un objet qu’elle a trouvé dans la chambre de son frère ; lui même l’ayant déniché dans les fondations d’une maison en haut de la colline : un os humain ! Les inspecteurs Erlendur, Elinborg et Sigudur Oli chargés de l’enquête font appel à un archéologue – nommé Skarphédinn – pour sortir les ossements et là, surprise : deux corps y ont été enterrés à la fin de la seconde guerre mondiale. Jusqu’aux toutes dernières pages du roman, on pense qu’il s’agit de la femme de Benjamin Knudsen qui aurait disparu alors qu’elle était enceinte. Mais cela est impossible puisque les analyses révèlent qu’il s’agit d’un homme adulte et d’un bébé mort né…

De nombreux retours en arrière sont effectués afin de comprendre ce qui s’est passé dans la maison aux groseilliers  On découvre le terrible quotidien d’une femme battue par son mari et de ses trois enfants impuissants. Les descriptions des passages à tabac sont si horribles et réalistes qu’elles m’ont souvent oppressée. De plus, ce drame familiale d’il y a une soixantaine d’années est mis en parallèle avec le drame personnel actuel d’Erlundur qui doit se rendre au chevet de sa fille qu’il n’a pas vu grandir et qui est dans le coma (drogue et foetus ne faisant pas bon ménage).

En bref, La femme en vert est un roman noir sur le drame de l’enfance et la violence conjugale mené avec brio ; où le passé et le présent se mêlent à la perfection.

J’ai lu ce roman dans le cadre du Baby Challenge – Policier (LivrAddict)

82923323_q

Blast, t.1 : Grasse carcasse – Manu Larcenet

blastPour être franche, la découverte de cet album m’a totalement décontenancé. D’abord, c’est une BD qui fait partie d’un Baby Challenge 2013 ; ce qui veut dire que les internautes ont émis de très bonnes critiques, l’ont adoré et désirent faire partager leur coup de coeur. Puis, je commence la lecture de ses 204 planches et me heurte à un graphisme et une histoire auxquels je n’accroche pas réellement. Enfin, je consulte quelques chroniques et m’aperçois que tout le monde a un avis élogieux ; et que même les libraires lui ont décerné un prix en 2010… Oups, j’ai dû passer à côté des subtilités !

C’est l’histoire de Polza  Mancini, 38 ans, écrivain, obèse et « pas SDF ! Clochard. Le premier subit quand le second choisit ». Il est en garde à vue et deux policiers essaient de le faire parler pour comprendre ce qui est arrivé à une certaine Carole. Il parle, il parle, il parle et remonte jusqu’à sa propre enfance pour expliquer cet acte ! Le départ de sa maman quand il avait 4 ans, les moqueries de ses camarades sur son poids, le mariage avec Sylvie (« la seule femme à avoir jamais pratiqué mon appareil génital »), la mort de son frère, puis la mort de son père, son addiction au chocolat et à l’alcool… et les fameux blast !

A la fin du premier tome on ne sait toujours pas qui est cette victime, qu’est-ce qu’a bien pu lui faire Polza, pourquoi il s’en est pris à elle… ; mais on en sait beaucoup plus sur le gros bonhomme – qui apparaît moins bête que ce qu’il veut nous faire croire. J’avoue être restée sur ma faim mais ne suis pas sûre de me lancer dans la lecture du deuxième tome intitulé L’Apocalypse.

Enfin, si comme moi vous n’avez pas tout compris à l’histoire et que des questions restent en suspend (pourquoi le père du protagoniste à un nez en forme de bec d’oiseau, qu’est-ce que le blast, pourquoi des dessins d’enfants se trouvent mêlés dans le graphisme si sombre…), voici une interview de Manu Larcenet par le journal L’Express.

J’ai lu cette BD dans le cadre du Baby Challenge – Bande Dessinée (LivrAddict)

bandedessinebadge

Innocent – Harlan Coben

6542318_9413080Matt a 20 ans quand il se retrouve dans un bagarre et ôte la vie (accidentellement ou non) à un jeune garçon. Il purge sa peine en prison ; puis, à sa sortie, rencontre Olivia. Ils sont amoureux, s’apprêtent à devenir propriétaires et parents, jusqu’au jour où Matt reçoit sur son portable une vidéo montrant Olivia dans une chambre d’hôtel en compagnie d’un inconnu. Tous les vieux démons des deux protagonistes refont surface et une enquête passionnante voit le jour !

***

J’ai toujours aimé les romans policiers et notamment ceux d’Harlan Coben car quelque soit le titre, je n’ai jamais été déçue. Et Innocent n’a pas dérogé à cette règle puisque malgré ses 536 pages (aux ed. France Loisirs) il ne m’a pas fallu longtemps pour le terminer.

Voici quelques raisons qui m’ont fait apprécier cette nouvelle lecture :

– d’abord, la manière dont l’auteur interpelle le lecteur afin qu’il prenne part à l’histoire. En effet, dès le prologue, l’histoire est écrite à la deuxième personne du pluriel et Harlan Coben s’adresse à nous : « Vous n’avez jamais eu l’intention de le tuer. Votre nom est Matt Hunter. Vous avez 20 ans […] ». De cette manière, on débute la lecture en ayant le sentiment d’être acteur de l’histoire et d’être le principal concerné par ce qui va se passer. Le reste de l’histoire est racontée de manière traditionnelle puis se termine sur le même mode avec « […] Et vous, Matt Hunter, vous les regardez […] ».

–  ensuite, dès le début du roman, l’auteur traite deux affaires différentes et alterne les chapitres sur l’une puis sur l’autre. Bien qu’on ne voit pas encore très bien le rapport entre les deux, on se doute qu’il y en a un sinon elles ne seraient pas traitées de manière égale. Puis, vers la moitié du roman, c’est très habillement que l’auteur relie les deux affaires et que tout prend un sens. Je félicite cet exercice car il arrive bien trop souvent que dès le début d’un roman on connaisse la fin ; ou bien que deux affaires qui n’ont rien à voir soient soudain liées sans qu’on comprenne pourquoi.

– enfin, malgré la gravité de l’histoire et le poids du passé des deux protagonistes, l’auteur a inséré des petits moments de légèreté, d’émotion, de passion…qui rendent l’histoire toujours plus agréable à lire. Il y a même des passages qui m’ont fait sourire, comme celui-ci : « Un téléphone qui fait appareil photo ! […] Un téléphone, c’est un téléphone ; un appareil photo, c’est un appareil photo ; un machin qui fait les deux, c’est une aberration ». Ça nous rappelle à quelle vitesse notre société évolue et les progrès qui ont été faits.

J’ai lu ce roman dans le cadre du Baby Challenge – Policier (LivrAddict)

82923323_q

Challenges – LivrAddict

Voilà 20 minutes que je suis inscrite sur LivrAddict, ce site communautaire qui a pour but d’offrir à ses membres toute une série d’activités autour de la lecture et du partage. Parmi ces activités : les baby challenge 2013. Le principe étant de lire chacun des titres proposés d’ici la fin du mois de décembre 2013 et d’en faire la critique ; en sachant que les titres sélectionnés sont les mieux notés par les internautes (je ne devrai donc pas avoir de mauvaise surprise). Je trouve ce concept tellement top que dans la foulée je me suis inscrite à 2 baby challenge :

bandedessine

1 ~  Lou, tome 5 : Laser Ninja de Julien Neel
2 ~  Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh
3 ~  Maus, intégrale de Art Spiegelman
4 ~  Le Combat ordinaire, tome 2 : Les Quantités négligeables de Manu Larcenet
5 ~  Blacksad, tome 2 : Artic-Nation de Juan Diaz Canales
6 ~  Simon’s Cat, tome 1 : Une calamité de chat de Simon Tofield
7 ~  Persepolis, intégrale de Marjane Satrapi
8 ~  Blast, tome 1 : Grasse carcasse de Manu Larcenet
9 ~  Astérix, tome 05 : Le Tour de Gaule d’Astérix de René Goscinny
10 ~  Elinor Jones, tome 2 : Le bal de printemps de Algésiras
11 ~  Le retour à la terre, tome 1 : La vraie vie de Manu Larcenet
12 ~  La théorie de la contorsion de Margaux Motin
13 ~  Joséphine, tome 2 : Même pas mal de Pénélope Bagieu
14 ~  Ma vie est tout à fait fascinante, tome 1 de Pénélope Bagieu
15 ~  Autobiographie d’une fille Gaga de Diglee
16 ~  Zombillénium, tome 1 : Gretchen de Arthur de Pins
17 ~  Maliki, tome 1 : Broie la vie en rose de Maliki
18 ~  Seuls, tome 1 : La disparition de Bruno Gazzotti
19 ~  Aya de Yopougon, tome 1 de Marguerite Abouet
20 ~  Murena, tome 1 : La Pourpre et l’or de Jean Dufaux

policierk

1 ~  Les Spellman se déchaînent de Lisa Lutz
2 ~  Dix Petits Nègres de Agatha Christie
3 ~  Le Poète de Michael Connelly
4 ~  Le Crime de l’Orient-Express de Agatha Christie
5 ~  La Femme en vert de Arnaldur Indridason
6 ~  La Maison de soie de Anthony Horowitz
7 ~  Mygale de Thierry Jonquet
8 ~  Sous les vents de Neptune de Fred Vargas
9 ~   Le Prédicateur de Camilla Läckberg
10 ~  La Trilogie Berlinoise de Philip Kerr
11 ~  Les Dossiers Dresden, tome 03 : L’Aube des spectres / Tombeau ouvert de Jim Butcher
12 ~  Un lieu incertain de Fred Vargas
13 ~  L’anneau de Moebius de Franck Thilliez
14 ~  L’Aliéniste de Caleb Carr
15 ~  Le Nom de la rose de Umberto Eco
16 ~  Innocent de Harlan Coben
17 ~  L’Affaire Jane Eyre de Jasper Fforde
18 ~  L’étrangleur de Cater Street de Anne Perry
19 ~  Le huit de Katherine Neville
20 ~  L’Énigme des Blancs-Manteaux de Jean-François Parot