Tardi, mémoire des deux guerres mondiales

Tardi, auteur et dessinateur français, s’est notamment illustré dans la narration de guerre en noir et blanc. Son grand-père ayant connu l’enfer des tranchées, il était désireux de rendre compte de ce début de siècle et de comprendre l’horreur vécue par tant d’hommes.

9782203030459

Dans cette BD, Tardi revient sur le dimanche 2 août 1914 et l’ordre de mobilisation générale. Puis il illustre l’enfer des tranchées, le quotidien des soldats confrontés à la saleté, à la mort des leurs, au froid, à l’odeur des cadavres qui s’entassent, à l’épuisement… L’euphorie du début a donc laissé place à l’horreur. Bilan : des milliers de français morts au combat face aux allemands, et d’autres fusillés pour abandon de poste devant l’ennemi. Tous avaient pour seul désir de rentrer chez eux mais le devoir et les ordres les ont poussés à combattre, jour et nuit.

L.10EBBN001643.N001_MoiRTARDI_C_FR

Voilà des années que Tardi souhaitait dessiner les carnets de son père militaire lorsqu’il était jeune et détenu en Allemagne. Il l’a fait ! C’est une véritable histoire de famille qui nous est contée là. Le personnage principal, René Tardi, raconte son engagement dans l’armée, son mariage, la grande dérouillée et les mois de captivité au Stalag IIB… à son fils Jacques ; sous forme de dialogue. Ce dernier s’est lui même illustré en culotte courte aux côtés de son père et il intervient dans la narration. C’est un vrai plaisir de lire ce témoignage rythmé par les questions et les commentaires d’un enfant à son père… A savoir : le deuxième tome – Mon retour en France – est paru en novembre 2014.

Bien que les deux guerres mondiales relatées dans ces BD (éditées à l’occasion du centenaire de la guerre) appartiennent à notre Histoire, je n’arrive toujours pas à réaliser… D’autant plus que les faits se sont déroulés il n’y a pas si longtemps, que nos grands-parents ont eux mêmes connu ces périodes. Bref ! Même si la guerre n’est pas un sujet qui me passionne, j’ai apprécié la lecture de ces deux volumes qui m’ont appris des choses et m’ont permis de mettre des images sur les mots.

Publicités

Beauté, t.1-2-3

beaute_imageMorue a été recueillie par sa marraine.  Elle écaille du poisson à longueur de journée, sa peau s’est imprégnée de cette odeur et, pour couronner le tout, elle n’est pas très belle. Personne ne l’aime, sauf Pierre (le fils de sa marraine), qui est tombé sous son charme et sa gentillesse.

Jusqu’au jour où elle rencontre un crapaud pour lequel elle a de la tendresse et sur lequel elle laisse échapper une larme. La fée Mab, libérée d’un mauvais sort, demande alors à la jeune fille quel vœu elle souhaite se voir réaliser. Elle répondit « la beauté ». Mab ne peut pas changer la réalité mais modifia la perception des autres à son égard et la rendu belle à leurs yeux.

S’ensuivra un engouement extraordinaire de la part des villageois, une jalousie incommensurable de la part des villageoises et une contradiction perpétuelle chez Beauté (anciennement appelée Morue) qui, je l’avoue, m’a un peu lassé. Des trois tomes, c’est le premier que j’ai préféré car on ressent de l’empathie pour elle et on est content qu’elle suscite le désir chez les hommes. Ensuite, elle devient trop indécise (c’est d’ailleurs le titre du tome 2) et il y a trop d’humour noir à mon goût.

beautc3a9-bandeau

Quartier lointain – Jirô Taniguchi

QuartierLointainint_18112006De retour d’un voyage d’affaire, Hiroshi fait un détour involontaire vers sa ville natale : Kurayoshi. Il ne sait pas quelles raisons l’ont poussé à prendre ce train ; mais toujours est-il qu’une fois là-bas, il en profite pour flâner dans les rue de son enfance et se recueillir sur la tombe de sa mère. Quand tout à coup, il est projeté dans le passé, à l’âge de ses 14 ans. Rêve, réalité, folie, ivresse ?! (« Si c’était un rêve, il était plus vrai que nature »). Là, il retrouve ses parents, sa petite sœur et sa grand-mère ; ainsi que les repas de famille et l’apaisante douceur qui régnait chez lui. La première nuit qu’il passa dans sa chambre d’enfant a été très brève. Il pensait à sa femme et ses enfants qui l’attendaient chez lui (dans sa vie d’homme de 48 ans) et à la rentrée scolaire qui l’attendait le lendemain (dans sa vie d’adolescent de 14 ans).

« Tout ce qui était inscrit dans ma mémoire, les événements passés, étaient ici des événements à venir ». Hiroshi entrepris donc de revivre au mieux sa vie d’enfant de 14 ans : des très bons résultats scolaires et sportifs, une histoire d’amour avec la plus jolie fille de l’école… Mais son plus grand souhait était de comprendre pourquoi son pere avait quitté le foyer familial ; et l’empecher de commettre cet acte qui fera longtemps souffrir sa pauvre maman.

Va-t-il y arriver ? Je ne vous en dis pas plus et je vous laisse decouvrir ce chef d’oeuvre qui, en plus de narrer une tres belle histoire, permet aux neophytes comme moi de decouvrir l’univers du manga sans la difficulté de devoir tourner les pages de droite à gauche :-)

La page blanche – Pénélope Bagieu

album-cover-large-15066Chronique d’un nouveau titre de Pénélope Bagieu parce que je ne voulais pas m’arrêter sur une « déception ». En effet, jusqu’à il y a quelques jours je ne connaissais que ses dessins publiés de manière indépendante pour illustrer des moments de la vie quotidienne (dans lesquels je me retrouverai d’ailleurs ^^) et la lecture de Cadavre exquis, un roman graphique, m’a un peu déçu.

Dans La page blanche on trouve Eloise, une jeune femme qui souffre soudainement d’une amnésie sélective (elle ne sait pas où elle habite, comment elle s’appelle, ce qu’elle fait dans la vie… Bref, elle a oublié tout ce qui la concerne) en quête de son identité !

Au début j’ai adoré (l’histoire commence par un thriller, on a de la peine pour Eloise, on veut comprendre ce qui lui arrive et l’aider à se souvenir), au milieu j’ai commencé à me lasser (à cause de la longueur des scènes, de l’incompréhension face à ce qu’il lui arrive) mais à la fin j’ai beaucoup aimé (des mystères restent entiers mais le principal c’est qu’Éloïse arrive à se reconstruire).